Fadéla Sebti

Avocate au barreau de Casablanca (Maroc) depuis 1983, agréée près la Cour Suprême, écrivain et auteur d’ouvrages juridiques et de fiction.

Femmes, Marocaines, Musulmanes

Le 3 février 2004, après deux décennies de revendications féminines, le législateur marocain a doté les femmes marocaines d’un Code de la Famille conforme à l'esprit du droit, lequel se doit d'évoluer en fonction de l'évolution de la société.

Une réforme courageuse, dans un contexte où la composante musulmane est toujours présente. Concilier ces deux notions a priori antinomiques, voguer entre modernité et tradition, voilà le défi permanent du Maroc en matière de statut personnel.

Jusqu'où cette réforme peut-elle aller ? Quels sont les domaines susceptibles d'être révisés et ceux qui ne souffrent aucune discussion, eu égard aux préceptes coraniques ?

Le droit des successions est, aujourd'hui, le volet auquel la société civile féminine se penche. Les réactions brutales à cette nouvelle démarche ne se sont pas faites attendre.

L'avenir, mais aussi la forte détermination des revendicatrices, nous dira si ce domaine est susceptible d'être révisé sans remous majeurs.

 

Dix années passées en France à partir de 1967, à l’aube des profondes mutations de la société civile française, puis de celles du monde entier, ont façonné chez Fadéla Sebti une personnalité profondément attachée aux valeurs de l’individu, à l’humanisme et à la solidarité.

De retour au Maroc, Fadéla Sebti a mis à profit ces valeurs dans tous les actes de sa vie. Avocate au Barreau de Casablanca, elle a activement milité depuis le début des années 80 pour que le droit marocain reconsidère la position des femmes dans le sens de l’équité.

Lire la suite...
 
Bannière
 




Connection membres



visa mastercard mtc cmi


l>